Petite sœur de l’école Hattemer située rue de Londres, Hattemer Paris 16e a ouvert ses portes aux élèves de maternelle et de primaire à la rentrée 2017. Elle accueille aujourd’hui 150 élèves, dans la tradition d’excellence chère à Hattemer, enrichie d’apports pédagogiques plus récents. Rencontre avec Anne Chocron, sa directrice.

Anne Chocron, Directrice Hattemer 16e

Parlez-nous de l’histoire de Hattemer 16?

Anne Chocron : Hattemer 16e est l’héritière de l’école anciennement située rue Spontini qui a fermé il y a plus de 25 ans. Ma mission était de ré-ouvrir une antenne d’Hattemer dans le seizième arrondissement, afin de répondre aux attentes des familles. Il a fallu du temps pour trouver des locaux adéquats et nous avons pu ouvrir à la rentrée 2017, dans un bel immeuble, au 43 rue Decamps. Cet hôtel particulier était préalablement occupé par les bureaux d’une ambassade et nous avons préalablement mené de gros travaux de réaménagement et de mise aux normes.

Combien de niveaux sont enseignés à Hattemer 16e ?

Anne Chocron : Nous démarrons dès la Petite Section de maternelle (2 ans et demi), jusqu’à la fin du primaire, correspondant à la 7ème. Nos élèves intègrent ensuite en 6ème les meilleurs collèges de la capitale, dans des conditions de réussite optimale car ils ont acquis un bagage très solide dans les matières fondamentales.

En matière de pédagogie, sur quels points avez-vous mis l’accent ?

Anne Chocron : Nous nous inscrivons dans le très haut niveau d’exigence de Hattemer, dont je connais bien les atouts en tant qu’ancienne directrice pédagogique d’Hattemer Academy.

À Hattemer Paris 16e, nous avons particulièrement mis l’accent sur 3 points qui nous tenaient à cœur :

  • Le bilinguisme, avec 1 heure quotidienne d’enseignement de l’anglais par un professeur natif, pour chaque niveau.
  • Une attention accrue portée à la relation avec nos élèves. Nous privilégions une approche encourageante et personnalisée. On allie une grande exigence et des appréciations toujours positives allant dans le sens de la construction de la confiance en soi.
  • La place de l’expression orale : grâce à la tradition du Grand Cours que nous avons revisitée, les enfants s’exercent de manière hebdomadaire à la prise de parole en public. Devant leurs camarades et les parents, ils lisent à haute voix et répondent à des questions de vocabulaire en début de primaire, puis ils progressent au fil des années. En fin de cycle, ils ont acquis la capacité de présenter des fiches de lecture, des exposés ou encore des cartes mentales. Tout cela dans une ambiance très chaleureuse et conviviale.

Nos élèves font donc l’acquisition des savoirs fondamentaux indispensables à leur réussite future, mais aussi de compétences comportementales comme l’aisance à l’oral et l’estime de soi. C’est sans doute ce qui explique le très bon niveau de fidélisation des familles avec un taux de réinscription de 92%.